Humanitaire au Kosovo

Kosovo

Il y a quelques années encore, le Kosovo était en guerre. En 2008, il a déclaré son indépendance par rapport à la Serbie. Deux millions de personnes habitent cette ex-province australe de la Serbie. Cette population est composée d’Albanais à 80%. Dans ce pays, de nombreux secteurs restent à reconstruire.

Ville de Kosovska Mitrovica au Kosovo

La situation humanitaire au Kosovo

Après sa déclaration d’indépendance le 17 février 2008, 60 pays reconnaissent l’existence et la souveraineté de la République du Kosovo et...





son régime parlementaire. La reconstruction du pays est plus ou moins achevée. Néanmoins, bâtir une économie forte pour le long terme n’est pas encore un pari gagné, notamment dans le domaine de l’éducation, la santé et l’enfance.

Comment partir en humanitaire au Kosovo?

Des nombreuses associations, mais surtout des initiatives privées, œuvrent en tant qu’humanitaires au Kosovo. Pour se joindre à eux, il est possible de les contacter sur leur site Internet. Néanmoins, vérifier la véracité de leur propos et leur existence auprès de la plateforme France Volontaire est toujours indispensable. France Volontaire est l’organisme qui contrôle le système de volontariat dans l’hexagone. Cette plateforme recrute également des bénévoles pour ses membres. Les organismes de volontariat les plus connus sont la Délégation Catholique pour la Coopération ou DCC et le DEFAP- service protestant de mission.


Carte du Kosovo

Les risques de la vie au Kosovo

La seule précaution à prendre lors d’un séjour au Kosovo est d’éviter les manifestations, surtout celles à caractère politique. Il ne faut pas se faire remarquer en public. Par ailleurs, il est nécessaire d’être sûr de son hébergement, avant de quitter son pays d’origine. Par contre, aucune zone géographique, que ce soit dans la partie à majorité serbe ou dans les zones à peuplement mixte, ne constitue un risque pour la sécurité du voyageur.

Les associations et ONG reconnues qui recrutent sur place

Il n’existe pratiquement aucun recrutement d’humanitaire de façon permanente au Kosovo. Il est donc risqué de venir dans ce pays sans être pris en charge dès son arrivée par une association ou une ONG. La bonne méthode est de s’enrôler en tant qu’humanitaire avant son départ. C’est aussi le meilleur moyen de voyager comme bénévole.

Après des années de guerre, le redressement du Kosovo est croissant. Les grandes reconstructions sont achevées, mais les conditions de vie de la population restent encore précaires. De nombreuses aides humanitaires affluent dans le ce pays pour combler ces besoins. Les humanitaires y sont donc les bienvenus.






3 Replies to “Humanitaire au Kosovo”

  1. Connaissant tres bien le coin et parlant courament les langues , albanais , serbe et turc , j aurais voulus savoir quel aurait put etre ma fonction pour vous aidez sur place ! merci!

  2. Bonjour, est-il possible de savoir exactement quelles sont les associations qui oeuvrent encore au Kosovo, notamment s’il y en a en matière de droit de l’homme ; si oui, comment le savoir? Merci d’avance et bonne journée

  3. Bonjour,

    Je m’appelle Ardea Pajaziti et je suis étudiante en deuxième année à l’ESSEC. Je souhaite effectuer une mission humanitaire d’un mois à Pristina, Kosovo, et suis disponible cet été. Je peux m’adapter au niveau des dates de la mission. Je souhaite offrir mon aide et connaître une réelle expérience terrain.
    Je vous prie de me contacter si mon profil vous intéresse pour ce type de mission au Kosovo.

    Bien cordialement,

    Ardea Pajaziti
    ESSEC Business School

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *