Humanitaire au Zimbabwe

Harare

Le Zimbabwe est un pays de l’Afrique australe qui témoigne du plus fort taux d’inflation annuel au monde avec 231 000 000 % en 2008. C’est grâce à la dollarisation en 2009 que la stabilité économique a repris son cours. Les menaces de violences politiques planent sur le Zimbabwe, bien qu’elles soient encore contrôlées par le gouvernement actuel. Mais de plus graves problèmes touchent la population, à savoir l’épidémie du Sida, la résurgence du choléra depuis 2009 qui a tué plus de 4 000 personnes avec plus de 91 000 cas signalés, sans oublier la malnutrition qui a rendu plus de la moitié de la population dépendante de...





l’aide alimentaire.

Ville de Harare au Zimbabwe – GNU Samwise Gamgee

Les démarches pour partir en humanitaire au Zimbabwe

Se déplacer vers un pays étranger est nécessairement accompagné d’un visa. Les ressortissants français volontaires peuvent demander leur visa auprès de l’ambassade du Zimbabwe à Paris ou aux points d’entrée de l’aéroport d’Harare ou de Victoria Falls s’il s’agit des visas à une ou deux entrées. Le coût du visa à une entrée est de 30 USD soit 23,38 euros. Il est de 45 USD ou 35,07 euros pour le visa à deux entrées. Mais ces tarifs peuvent être revus à la hausse du fait de la situation monétaire variable du Zimbabwe. La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire et il est recommandé de mettre à jour la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite avant de partir en humanitaire. Le volontaire qui a choisi l’association où il veut prêter ses services doit remplir le formulaire d’inscription disponible sur le site web de cette dernière.

Les précautions à prendre sur place

Afin d’éviter de se faire contaminer par des maladies virales telles que les fièvres hémorragiques Marburg et Ebola, il est conseillé aux volontaires de ne pas s’aventurer dans les cavernes pleines de chauves-souris. Un avis médical doit être pris immédiatement en cas d’apparition des premiers symptômes du paludisme. Comme le pays présente une forte prévalence du VIH, il est important de prendre toutes les mesures indispensables de prévention. La baignade dans les eaux stagnantes, la marche à pieds nus dans le sable ou sur le sol humide sont à éviter, à cause de la présence des parasites. Il ne faut pas non plus toucher aux animaux errants dans les rues comme les chiens, car ils peuvent être enragés. Enfin, il faut être vigilant sur la propreté des aliments, car le choléra est encore présent dans les lieux.

Les associations locales et étrangères sur place

Agissant dans le long terme, Caritas Internationalis est une association œuvrant au nom des catholiques du monde. Son but est d’éliminer progressivement la pauvreté et les inégalités sociales dans les pays. C’est à travers l’organisation membre qu’est le Catholic Relief Services (CRS) que Caritas intervient dans l’aide humanitaire au Zimbabwe.

L’Oxfam international est une confédération regroupant 17 organisations. Son action au Zimbabwe se concentre sur l’approvisionnement en eau et en installations sanitaires et sur la sécurité alimentaire des personnes nécessiteuses.

L’Action contre la faim est une organisation humanitaire, ayant son siège en France, créée en 1979, qui se consacre au problème de la faim dans le sens le plus large dans plusieurs pays, notamment au Zimbabwe.






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *