Humanitaire en Guinée Équatoriale

Malabo

La Guinée Équatoriale est un autre pays africain qui dispose d’importantes ressources naturelles, mais qui ne sont pas profitables à l’ensemble de la population de façon équitable. D’ailleurs de nombreuses familles vivent dans la pauvreté, la précarité, le manque de soins sanitaires, la non-scolarisation des enfants, entre autres. Conscients de cette situation, de nombreux organismes humanitaires nationaux et internationaux essaient d’intervenir en faveur des plus démunis.

La ville de Malabo en Guinée ÉquatorialeGNU Ipisking

La santé et les soins, une problématique majeure en Guinée équatoriale

Plusieurs femmes et enfants du pays se trouvent en souffrance sanitaire et sociale, d’ailleurs la mortalité des enfants et de leurs mères au moment de...





l’accouchement reporte annuellement plusieurs centaines de personnes. Et c’est pour cette raison que des initiatives menées par des individus et des organismes nationaux et internationaux ont été entamées pour construire des dispensaires et des cliniques dans des zones qui ne sont pas dotées des installations nécessaires pour la gynécologie, la maternité et l’obstétrique.

D’autres actions ont été lancées dans le même sens et qui consistent en la prise en charge de patients indigents, dont une grande partie est composée de femmes et d’enfants à travers des parrainages et des dons pécuniaires ou en nature (médicaments, prothèses, équipement médical, etc.). Mais ce n’est pas tout! Les associations locales et internationales en collaborant avec l’OMS et l’UNICEF essaient de lutter contre le paludisme et certaines épidémies communes dans la région comme l’épidémie hémorragique intestinale qui a touché, il y a quelque temps, toute la population du pays.

La scolarisation des enfants, au cœur des débats

Si les grandes villes comme la capitale Malabo disposent d’hôpitaux, d’écoles, de centres culturels entre autres, ce n’est pas généralisé sur l’ensemble de la Guinée Équatoriale. Et afin d’encourager les enfants et les adolescents à fréquenter l’école et à profiter d’un enseignement adéquat, certaines ONG se sont chargées de construire quelques établissements scolaires, distribuer des cartables et des fournitures scolaires pour les enfants aussi bien dans les villes que dans les zones rurales.

Le manque d’eau, un souci quasi permanent

Dans les quartiers précaires des villes comme dans les campagnes, s’approvisionner en eau potable est un défi quotidien. Depuis quelques années certains organismes humanitaires ont lancé des programmes de forage de puits, mettant à profit l’existence de plusieurs compagnies pétrolières qui exploitent les gisements de pétrole en Guinée Équatoriale, pour leur emprunter quelques équipements et matériels pouvant servir à chercher de l’eau à l’aide d’un sourcier aussi bien dans les villes que dans campagnes.

En parallèle d’autres associations ont entrepris d’assainir les eaux croupies des réservoirs datant de l’époque coloniale espagnole et qui étaient vidés puis transformés en lavoirs, douches et latrines, et qui ne contenaient jusqu’au là qu’une eau stagnante servant à développer les colonies de moustiques à paludisme.

Carence dans les installations de base

Les écoles et les hôpitaux ne sont pas les seules installations qui manquent en Guinée Équatoriale. En effet plusieurs enfants vivaient dans les rues sans protections, sans familles et sans abri pour leur apporter l’assistance nécessaire. C’est pour cette raison que les organismes humanitaires et les associations ont pris l’initiative de construire des orphelinats et des centres de jeunesse pour accueillir les enfants en situation de marasme, où ils peuvent recevoir les soins nécessaires, manger à leur faim et surtout passer la nuit au chaud.






3 Replies to “Humanitaire en Guinée Équatoriale”

  1. Je suis intéressée par un séjour humanitaire en Guinée Equatoriale car je souhaite découvrir l’Afrique et apprendre l’Espagnol .
    Je suis retraitée depuis 2 ans , pendant 23 ans j’ai travaillé dans une direction de ressources humaines puis je me suis reconvertie comme assistante sociale . Depuis que je suis à la retraite je donne des cours de FLE principalement à des personnes originaires d’Afrique , je suis également engagées à la CIMADE pour l’accès aux droits des migrants .
    Un séjour en AFRIQUE m’apportera des connaissances utiles dans mes actions bénévoles .

  2. Bonjour. Je suis dans la même recherche que vous . La Guinée Equatoriale. Recemment retraitée , de l experience dans le bénévolat , quelques notions d espagnol et un grand désir d’ aider pendant quelques semaines (environ 4 à 5)
    Avez vous eu des contacts ?
    Si vous pouviez m’en faire part.
    Merci d avance.

  3. Je veux intégrée une Etablissement de formation professionnelle,je suis centrafricaine,volontaire formée de la croix rouge centrafricaine et maintenant magasiner au ONG Première Urgence Internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *