Humanitaire en Slovénie

Les problèmes humanitaires touchent également certains pays d’Europe centrale bien qu’on n’en parle pas souvent. C’est justement le cas de la Slovénie. Pour en apprendre davantage, il est important de voir sa situation humanitaire.

Krnica, près de Kranjska Gora en SlovénieGNU Matijap

La Situation Humanitaire Réelle en Slovénie

En général, la Slovénie possède des résultats assez satisfaisants si on se réfère aux indicateurs du bien-être. Pour commencer, il faut savoir que le revenu moyen disponible ajusté net des ménages dans ce pays est inférieur à la moyenne dans les pays membres de l’OCDE. En effet, on constate une différence non négligeable entre les personnes les plus aisées et les personnes les plus modestes en Slovénie. Bien qu’un nombre important de Slovènes âgés entre 25 et 64 ans aient...





pu obtenir leurs diplômes du deuxième cycle, beaucoup d’entre eux n’arrivent pas à décrocher un emploi. Seulement 64 % ont pu trouver un travail avec une rémunération. Ce pourcentage est moins élevé que la moyenne qui est de 66 %.

D’après les sondages réalisés dans ce pays, 72 % des Slovènes se trouvent être moins satisfaits de leur vie. Pour mieux discerner la situation humanitaire en Slovénie, il convient de connaître la situation du logement des ménages. En effet, une pièce surpeuplée peut avoir de mauvaises conséquences non seulement sur la santé physique des personnes, mais aussi sur leur santé mentale. Selon les statistiques, un Slovène a droit à 1,4 pièce contre 1,6 pièce dans les pays de l’OCDE.


Labinje, près de Cerkno en SlovénieGNU Jeancaffou

Les Démarches pour Partir en Humanitaire en Slovénie

Avant de partir pour la Slovénie pour une action humanitaire, il faut connaître les formalités à respecter. Si on est un ressortissant de l’Union Européenne, on n’a pas besoin de se munir d’un passeport pour entrer en Slovénie. Une carte d’identité valide pourrait suffire. Suite à la présence d’un accord bilatéral, les Croates peuvent également entrer en Slovénie avec une carte d’identité.

Par ailleurs, si on est un étranger, on a besoin de se munir d’un passeport valide et aussi d’un visa ou d’un permis de séjour. S’il n’est pas nécessaire pour un étranger de demander un permis d’entrée pour la Slovénie, il peut séjourner librement dans ce pays pendant moins de 90 jours.

Risques et Dangers en Slovénie : Les précautions à prendre

Il faut également prendre des précautions lorsqu’on séjourne en Slovénie. Avant tout, il faut savoir que certaines régions du pays présentent un important risque sismique. Il s’agit notamment de la région de Brezice, de la région de Ljubljana et de la région de la Rivière Soka. Si on a prévu de séjourner dans ces régions, on doit bien s’informer sur les comportements à avoir en cas de catastrophe.

Bien que les Slovènes soient réputés pour être des gens avenants et très calmes, la prudence est quand même conseillée quant aux relations avec les ressortissants de l’ex-Yougoslavie, surtout les Serbes.


Moscanci, près de Prekmurje en SlovénieGNU Eigene Arbeit

Les associations étrangères et locales en Slovénie

Parmi les associations étrangères présentes en Slovénie, il convient de citer le Groupe Urd ou le groupe urgence Réhabilitation développement. Il s’agit d’une association de recherche qui vise à améliorer les pratiques de l’action humanitaire lors des transitions entre urgence et développement et aussi dans les crises.

En outre, il y a l’Humatem qui intervient pour l’appui à l’équipement des structures de santé.

Parmi les associations locales, il y a la Zveza svobodnih sindikatov Slovenije qui est une association slovène des syndicats libres.

En outre, il y a l’association des enfants de l’immaculée ou encore l’association de la médaille miraculeuse.






2 Replies to “Humanitaire en Slovénie”

  1. Bonjour, je suis un étudiant de l’école de commerce et développement 3A à Lyon. Et je suis à la recherche d’un stage de 2 mois en Slovénie. Le problème de la prise en charge de l’immigration et des réfugiés me touche particulièrement. J’aimerais bien faire mon stage dans une structure de réinsertion sociale ou alors dans certains camps. De plus j’ai plusieurs actions sociales, concernant les sans abris et les réfugiés, notamment avec la Cimade et le festivals Migrant’scène. Merci de votre réponse.

  2. Bonjour,
    Je suis chef éclaireurs en Belgique (dans la région de Liège) et nous devons organisé un projet humanitaire lors de notre grand camp de juillet qui se déroulera en Slovénie. Si vous avez déjà entendu parlé d’un camp de ce genre lié au mouvement de jeunesse, je suis fortement intéressée. D’avance, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *